MoBBee / Sommaire
© 2008 / 2018 @MoBBee.fr



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez
Ce Sujet à été Lu : 997 fois sur le site MoBBee.fr


Jeudi 18 Octobre 2018 - 11:03

LUDWIG II : Sublime Tragédie


Fort de son succès à Paris la saison passée et cet été dans le très convoité Off d'Avignon, LUDWIG II Le Roi Perché fait son retour à Paris. Un instant de grâce qu'il ne faut absolument pas manquer !


Ou quand le théâtre s'empare de la vie d'un personnage aussi grandiose que sinistre.


13 Octobre, Théo Théâtre. Dans une salle enchantée et enfumée, la lumière se lève sur la vie d'un roi fou, despotique et attachant, cruel et désarmant, amoureux et dévasté. Pendant près d'une heure et demi, voici le public entraîné dans une course entre la vie et la mort de ce roi de légende. Un pari risqué, un défi brillamment relevé. Car oui sans concession aucune, l'auteur metteur en scène génial qu'est Olivier Schmidt donne à voir du vrai théâtre. Faisant peu de cas de la petitesse du lieu, il a travaillé dans le détail, des costumes superbes, à l'atmosphère prenante en passant par une bande son idéale. Le tout, saupoudré par une écriture précise mais jamais pompeuse, lyrique sans être ennuyante. Tout y passe avec force de talent de plume : l'arrivée houleuse sur le trône, les relations tendues avec sa mère, son amour pour Wagner, sa relation quasi incestueuse avec une certaine Sissi, sa fin pitoyable et fantasque à la fois.

Sur scène, ils sont 6 jeunes comédiens et il y a fort à parier qu'ils sont des noms à retenir. En tête, l'évidence Julien Hammer qui campe un Ludwig fascinant. Sa voix enveloppe la salle, sa présence et son charisme indiscutables. Il est ce roi sans jamais en faire trop ou pas assez. Le comédien a d'ailleurs décroché une nomination comme meilleur comédien, ce trophée doit lui revenir tant la prestation et la partition qu'il défend font de son jeu un grand et beau moment de théâtre. Il est accompagné de la délicieuse Aurore Mazières, qui campe une Sissi enfantine et déjà si femme, déchirante et très juste. Julien Antonini propose un Wagner sombre, froid et animal. Enfin Séverine Wolff est absolument vénéneuse et troublante en allégorie de la mort, rôle qu'elle tient avec caractère et nuances. La distribution se compose également de Kevin Maille et Olivier Schmidt qui font des apparitions fort réussies.

Tout le monde m'a parlé de cette pièce en revenant du Off et je dois dire que le bouche à oreille ne ment pas : ce spectacle est rare et les gros producteurs qui proposent en cette rentrée nanards, reprises et créations moyennes feraient bien de se pencher très rapidement sur cette compagnie incroyable! Et vous, d'aller vous targuer d'avoir vu avant tout le monde cette pépite !



Samvaautheatre


Samedi 20 Octobre 2018 - 23:03
Théâtres Parisiens

BARS | CLUBS & BOITES | Théâtres Parisiens | L'Actualité des salles de concerts